Savoirs et gouvernance

Comme vous avez pu le constater, cette nouvelle livraison du Courrier de la planète arrive en retard. Ce délai est lié à des difficultés économiques : très largement dépendante de fonds publics, la revue a subi les conséquences de la « rigueur budgétaire ». Pour poursuivre notre activité de publication, nous nous sommes tournés assez naturellement vers le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) en sollicitant leur soutien. Le Cirad qui nous « héberge » depuis trois ans et avec qui nous avons réalisé des numéros conjoints sur les thèmes de la sécurité alimentaire et du commerce équitable. L’Iddri avec qui, depuis ses débuts, nous nous nourrissons de nos travaux respectifs. Malgré ces décisions stratégiques, notre projet reste le même : valoriser et mettre en perspective les travaux de recherche, en les croisant avec les points de vue de la société civile et des opérateurs politiques. Entre « science et politique » nous resterons donc, comme le sujet que nous développons ce trimestre-ci.

Par certains aspects, les sciences n’ont pas beaucoup changé au cours des décennies passées, en particulier pour ce qui concerne leur organisation interne, disciplinaire, la vérification par les pairs, etc. En revanche, leur insertion dans la société et les choix collectifs, elle, a beaucoup évolué. Il y a quelques temps encore, nous aurions pu titrer «sciences et politique». Aujourd’hui, nous titrons «savoirs et gouvernance». Un simple déplacement sémantique ? Pas vraiment. Le modèle d’hier faisait de la science une machine de production de faits et de vérités (même partielles, provisoiresou sujettes à contestation). Les experts étaient là pour transformer dans le champ politique (c’est- à-dire vers l’autorité de gouvernement ou l’état) les acquis scientifiques. Un modèle rationaliste et de haut vers le bas pourrait-on simplifier.

Bien sûr, on peut douter du caractère « vert » de certains programmes et du niveau de la transition engagée : le rail ne constitue pas en soit un grand basculement et certains projets d´infrastructures pourraient avoir un impact préjudiciable sur les écosystèmes. À la faveur d´un tour de passe-passe budgétaire, des investissements peuvent opportunément se retrouver dans la colonne « vert ». La tentation de l´éco-blanchiment (greenwashing) est grande…

Ensuite, cette transition nécessite une action à long terme, éloignée de l´urgence de la sortie de crise et qui ne correspond pas au calendrier électoral des pouvoirs publics ou à celui des acteurs privés soumis à un devoir de rentabilité court-termiste. Et pendant ce temps, la reprise qui se dessine repose sur les mêmes fondations qui ont conduit à la crise…

Enfin, l´avènement d´un modèle durable grâce aux technologies vertes suscite bien des réserves, notamment du côté des promoteurs de la décroissance : on attendrait du marché, de la croissance et des technologies qu´ils nous sortent de l´impasse dans laquelle ils nous ont conduits. Ceci est pour eux un leurre tant que ne seront pas sérieusement remis en cause les modes de production et de consommation et, plus généralement, les modes de vie. Faute de quoi, le projet de croissance verte se réduirait à « polluer moins pour polluer plus longtemps ». Il n´empêche, ces projets de relance verte constituent bien un puissant signal envoyé à toute une galaxie d´acteurs (innovateurs, entrepreneurs, politiques, consommateurs, etc.) qui ont le pouvoir de décision. La relance verte fixe un objectif mobilisateur, déclinable à l´envie.

Et même s´il ne s´agit encore que d´un plus petit dénominateur commun, il a toute son importance pour maintenir le cap : on a bien vu par exemple comment le résultat ambigu de Copenhague, pour ne pas parler d´échec, a immédiatement ouvert grand la porte à un scepticisme pas toujours bien intentionné.

Damien Conaré, rédacteur en chef

Dernière modification : 15 February 2011