Relations internationales: Le temps des émergents Relations internationales
Le temps des émergents

Le temps des émergents

François Lerin, directeur de la publication

La notion de pays émergents est venue, presque subrepticement, de la sphère financière pour envahir la communication politique et économique. Aujourd'hui, elle fait partie de la sphère publique, notamment celle des relations internationales, pour désigner de nouveaux acteurs majeurs des questions globales. Il est donc utile de revenir sur cette notion, ce que nous faisons dans ce numéro en aval d'un colloque organisé par l'Iddri en juillet 2007 (" Pays émergents et gouvernance globale : nouveaux défis et opportunités ").

Au début des années 2000, les néo-conservateurs américains ont tenté d'identifier les pays qui pouvaient menacer la stabilité hégémonique des Etats-Unis. C'était logique en ce sens que l'effondrement du système communiste en Europe avait laissé ce pays sans concurrents. D'où pouvait venir le danger ?

«Ainsi, les pays émergents posent, du point de vue de l'ordre mondial, davantage la question des formes de coordination et de négociation au sein d'un système international de puissances différenciées que la question, classique, de l'hégémonie et de la menace, telle qu'incarnée par les Etats-Unis...»

La Chine d'abord, mais aussi les Etats voyous ou l'islamisme radical (et au-delà la question du Califat, pour faire court). Le 11 Septembre a changé l'angle de perception : la " guerre contre le terrorisme " est devenue, pour un temps, l'alpha et l'oméga de la politique étrangère américaine. La conclusion pratique (bien que paradoxale et plus que contestable) en a été l'intervention en Irak et son cortège d'erreurs tactiques qui n'ont pas tardé à révéler le contresens stratégique majeur.

S'agissant des émergents, la situation a, intellectuellement et pratiquement, beaucoup changé. C'est d'abord comme puissances économiques et acteurs de la gouvernance globale que sont perçus les émergents : Brésil, Russie, Inde, Chine, pour les BRIC, ou les mêmes sans la Russie mais avec l'Afrique du Sud (les BICS). A ces économies de grande taille doivent s'ajouter les " onze suivants " : des économies qui n'ont pas les mêmes chiffres absolus, mais des taux de croissance et un dynamisme économique et commercial du même ordre. L'hypothèse de ce numéro est que l'irruption de ces acteurs sur la scène internationale introduit un changement majeur dans le système mondial. Et c'est dans la volonté de changer les règles d'un système qu'ils n'ont pas contribué à forger, que se trouve l'essentiel de leurs innovations et de leurs apports.

Or le changement porte sur un système dont le " pas de temps " est long (c'est un ordre qui couvre toute l'après-guerre et que l'on doit considérer en gestation dans l'entre-deux-guerres). Il s'agit donc d'une reformulation de l'ensemble des institutions qui composent cet ordre, comme de la modification de ses règles.

Les questions environnementales sont le domaine où le poids des émergents et de leur croissance est le plus signifiant. En effet, un compromis efficace (sur les gaz à effet de serre, la biodiversité, etc.) suppose une participation active des émergents, sans laquelle l'objectif substantiel de ces négociations n'est pas atteint : la Chine est en passe de devenir le plus gros pollueur de la planète et les autres émergents, en montant en puissance économique, génèrent à leur tour des externalités négatives qui doivent être prises en compte pour résoudre la crise environnementale.

Ainsi, les pays émergents posent, du point de vue de l'ordre mondial, davantage la question des formes de coordination et de négociation au sein d'un système international de puissances différenciées que la question, classique, de l'hégémonie et de la menace, telle qu'incarnée par les Etats-Unis... Et les objets de coordination ne manquent pas : commerce, environnement, finances, parité des monnaies, situations de crise, aide publique au développement, normes sociales, etc.

Dans ce monde multipolaire, l'Europe saura-t-elle prendre appui sur son expérience propre pour " européaniser " les relations internationales et conjuguer, au-delà de ses frontières, équité et efficacité ?

    Retrouvez les thèmes liés à ce numéro dans la collection du Courrier de la planète
  • Sécurité, géopolitique, expertise: Un monde plus sûr ?
    71 - Sécurité, géopolitique, expertise
    Un monde plus sûr ?
  • Services universels
    76 - objectifs du Millénaire du développement
    Un agenda, des stratégies
  • OMC, libéralime commercial: Promesses et incertitudes
    78 - OMC, libéralime commercial
    Promesses et incertitudes
-->
RETOUR SOMMAIRE

Dernière modification : 23 March 2009