Afrique : (re)penser le politique Afrique
(re)penser le politique"

(re)penser la politique

éditorial par la rédaction

a onzième assemblée générale du Conseil pour le développement des sciences sociales en Afrique (Codesria), qui s’est tenue à Maputo en décembre 2005, a été l’élément déclencheur de cette nouvelle livraison du Courrier de la planète. Le foisonnement stimulant des idées livrées par une communauté de chercheurs africains nous a convaincus de vous proposer un dossier sur le continent. Le parti pris éditorial s’est rapidement imposé : définir un thème qui nous permette de lire des situations en dehors du cadre réducteur du «développement» – déjà largement entrevu dans des précédents numéros (notamment Sciences sociales et développement et Objectifs du Millénaire pour le développement) – pour tenter de porter un regard neuf sur les dynamiques sociales et politiques à l’œuvre.

"éviter la double peine trop souvent infligée à l’Afrique : la diffusion d’un discours misérabiliste, voire infantilisant, dont le seul point de vue autorisé serait non africain"

Ce changement d’angle d’attaque nous a conduits par exemple à traiter des conflits dans leur dimension politique (voir la crise en Côte-d’Ivoire) ou dans les configurations de résolution inédites qu’ils proposent (voir le processus de réconciliation nationale au Rwanda via les juridictions gacaca, sortes de tribunaux populaires, ou encore le dialogue intercongolais qui a mis fin partiellement à la crise des Grands Lacs).

Ce faisant, nous souhaitions éviter la double peine trop souvent infligée à l’Afrique : la diffusion d’un discours misérabiliste, voire infantilisant, dont le seul point de vue autorisé serait non africain. Parole est donc donnée dans ce numéro à de nombreux chercheurs africains, notamment non francophones, afin d’exposer des idées trop peu relayées ici. Un choix délibéré qui, du coup, ouvre la voie à certaines critiques en règle de thèses développées par des chercheurs « africanistes » (sur l’« Etat criminel » par exemple).

Enfin, considérant qu’en Afrique les artistes comptent probablement aujourd’hui parmi les plus grands passeurs de la chose politique dans l’espace public, nous leur avons donné large place pour illustrer ce numéro et vous proposons un extrait du dernier roman d’Abdourahmane A. Waberi.

Dernière modification : 08 June 2007